Les Confusions au Sujet de la Revolution Syrienne

Traduction par Fadoua Almouarraf et Ahmad Issawi

l’insurrection du peuple syrien a pose une doute irreguliere. Le positionnement politique dans la région et l’arabe régional du Pacifique n’etait pas clair, il parait que le gouvernement est en alliance avec les strategies politiques americaines et soutient la resistance au Liban et en Palestine et c’est la drniere ligne contre le pouvoir imperialisme americain dans le moyen-orient

Point de vue marxiste:une analyse politique économique ou une analyse politique “stratégique”?

De ce point de vue, il semble que la position sera plus proche du régime syrien. Mais quelle est la perspective qui est essentiel pour un marxiste de toucher la situation en sortir? L’analyse politique ou économique de l’analyse politique “stratégique”?

L’examen a été découle de l’analyse politique. L’accord avec la question du point de vue «stratégique» est basé sur la vision de «relations internationales» et la situation qui en résulte, en particulier la relation (harmonique / conflictuel) avec l’impérialisme, le fait que ce dernier est le «centre» qui régit l’examen de toutes autres questions dans un vaste secteur des marxistes, un “Episode centrales «contradictions centrée autour. Et c’est ainsi que déterminer la position: pour ou contre.

Dans le marxisme ( et c’est une procedure systématique, et non pas une position politique) il faut commencer à partir de l’analyse économique pour la compréhension scientifique de la situation, et si non la commande ideale domine et celle ci debute par la «politique», et l’État, et des idées.on doit commencer par le domaine économique, afin de toucher le scientifique dans le domaine politique.

Ainsi, alors que l’étude de la situation syrienne doitt être traitée avec la configuration économique qui a été créé et quie est devenue dominante. Et puis etudier les contradictions provoquées a l’interieur(au niveau des classes sociales) , et au niveau international (par exemple, dans le cadredu positionnement mondial). Oùon voyait que dans les dix dernières années on a une remise en ordre de l’économie, ce qui la rendait une économie Libérale en totalite. Tout l’effondrement du rôle économique de l’Etat, et l’imposition de la privatisation, puis marginaliser le «secteur public», et le contrôle du secteur privé, qui détient 70% du revenu national. Et puis transformer l’économie d’un produit à céder l’économie, grâce à la concentration de l’emploi dans les secteurs rentiers, comme l’immobilier, les services, le tourisme, la banque et le commerce.

Une operation qui est en relation avec cette transformation qui rendait le secteur privé le plus grand. Dans le sens où l’emploi du secteur privé est allé à . Cela a conduit à un effondrement important dans l’agriculture et l’industrie. Et a produit un centre de polarisation social tres forte, où stationnés la richesse et la fortune dans les mains d’une petite minorité, et dans cette nouvelle forme de segment de bien-être économique ont représenté environ 20%, tandis été marginalisé les autres 80%, que ce soit en raison du chômage (qui s’élevait à 30% de la partie qui peut travailler), ou à la suite de la forte baisse des revenus, où il devint le revenu minimum est inférieure à un tiers du minimum nécessaire pour vivre «normalement».

Cette situation a conduit à l’escalade de l’unité de contradiction de classe. Il a mis l ‘«idéal» pour être placé lutte des classes, qui était la tyrannie longue et sévère, et un contrôle absolu sur les syndicats, le disciple qui a été pratiqué à travers elle. Et de prévenir toutes les formes de protestation.la tyranie provoquee par le regime et la politique qu’il a utilisee a empêche d’illustrer cette position , seulement quelques-unes des manifestations lors de conférences syndicales, ou ce qu’ils appellent appuyez sur les partis communistes de partager le pouvoir, ou dans les signaux qui étaient contenues dans les journaux locaux. Mais cela n’a pas empêché l’escalade de la tension dans les classes pauvres, qui étaient l’etincelle de l’explosion sociale, quelles que soient les formes qu’elle prend. L’Intifada est l’expression de cette tension croissante.

Donc c’est a partir de l’etude economique qu’on arrive a dechhiffrer le niveau social des classes. Comme cela est bien connu dans le marxisme, la contradiction est dans la structure (stratification), qui établit l’exploitation directe (c.-à-positionnement basé sur les classes de la société). En conséquence, la situation doit être déterminée à partir de ce point, et non à partir de n’importe quel autre point. C’est à dire, pas de «le champ global», qui est basé à laquelle le phénomène de l’impérialisme. Où se transforme en contradiction ici une contradiction politique, tout mouvement du conflit des classes reflete apres un certain temps un conflit entre les pays, malgré le fondement économique qui régit ce conflit, dont je veux parler maintenant.

ce qui se passe en partie de la gauche est précisément,c’est rendre la politique qui defiit la position,et pas la classe. mais il pourrait battre les forces du capitalisme impérialiste ancien, qui est ici aux prises dans une perspective rétrospective. Par conséquent, il ne devient pas les forces révolutionnaires, ou d’être une alliance avec lui, mais pas converti en un ennemi majeur. Mais tandis que la hausse des classes populaires contre l’autorité du «différent» avec l’impérialisme, être nécessaire de déterminer d’abord les raisons de cette différence, alors insister sur le développement de la lutte des classes, car elle représente la principale contradiction.

Mais la différence est basé sur classe économique ou social

Ici, nous devons comprendre l’impérialisme comme la composition de la politique économique avant d’être universelle. Mais aussi de comprendre que la classe situation est déterminée par la situation politique et non l’inverse. Le conflit entre les pays impérialistes, malgré le mode capitaliste qui les unit, en raison de la concurrence, et il a joué avec les pays qui veulent être libres de construire l’industrie et le développement de l’agriculture et de parvenir à l’indépendance économique et politique. Et maintenant, il ya une contradiction entre l’impérialisme américano-européenne d’une part et celle chinoise-russe d’autre part. Toutes ces contradictions n’affectent pas le développement des classes populaires ou le motif économique qui prévaut. Par conséquent c’est une chaine des contradictions entre les imperialistes.

Et le cadre économique imposé par ce modèle maintenant, est une généralisation de la rente économique, à travers l’imposition d’une économie de marché et la libéralisation, qui a été diffusé à partir des conditions du FMI, qui imposent abandonner l’état de son rôle économique (privatisation soit imposant, mettre fin à la protection rond imposée afin d’éviter échapper à la plus-value à l’extérieur). Et a travaillé dans les deux dernières décennies pour faire circuler l’économie de rente, par l’activité économique concentrée dans l’immobilier et les services, l’importation et les banques et l’activité commerciale, et la destruction des forces productives dans l’agriculture et l’industrie. Cette configuration est d’ordre économique qui permet la réalisation du pillage impérialiste à travers l’activité de l’argent, qui est actif dans les banques spéculatives et tous ces secteurs, et aussi d’ouvrir la porte de l’exportation vers ces pays plage.

En revanche,on voyait l’adaptation économie syrienne avec cette configuration, malgre la contradiction qui regne.j’ai fait référence au changement de la configuration économique au cours de la dernière décennie, et qui se promenait dans le «plan» apparaît à mettre en œuvre les conditions du FMI bien qu’il n’y ait pas d’accord avec le FMI oui, qui est passé de négatif sur l’économie (où les caractéristiques du FNUAP ne sont pas remplies en Syrie ). Dans ce sens la transformation économique se dirigeait vers la connexion syrien avec l’impérialisme économique.

D’habitude, il a été l’objet de discrimination entre économie et politique par les partis communistes syriens, à partir de l’idée avancée par le camarade Khalid Bakdash (peut-être en 1980), dans lequel il a évoqué que s’il a examiné la situation interne il sera un opposant , mais il découle de la “position nationale» de la Syrie pour se positionner. Cette distinction entre la classe et le national, et principalement entre économique et politique(donner l’interet au politique), est au cœur du «malentendu» sur ce qui se passe en Syrie. Ou il est la base de la mauvaise position sur ce qui se passe en Syrie. est ce qu’on peut faire la séparation de l’économique et politique, nationale ou classe?

l’idealisme aboutit a une telle position mais le marxisme envisage une lecture scientifique envers ce qui se passe en Syrie.

La situation politique est, en général, et la position nationale est particulièrement inséparable des intérêts de la classe, c’est son resultat. Lorsque l’intérêt du capitaliste deviendra importation des marchandises, et de l’emploi sur le marché mondial de ce qu’il a combriole du marce national. Et la restructuration de l’économie locale, sur la base des intérêts comme il est indiqué, y compris ce qui en fait une économie de rendement. Être intéressé de se connecter avec l’impérialisme financier, et rejoindre le marché capitaliste.c’est comment que tombe la question nationale, ou soumis à des bonnes affaires qui servent les intérêts économiques. Le capitalisme formé voit que sa position normale est en alliance avec l’imperialisme et pas contre cette illustration figuree (dire je suis contre l’imperialisme c.a.dire fonder la construction de l’industrie,l’agriculture et la modernisation)

Ceci impose l’interprétation de la «contradiction» entre l’autorité syrienne et «l’impérialisme». Ce n’est pas une contradiction de classe tant qu’elle est adaptée au style de l’impérialisme économique.Et ce n’est pas adhérent à la «idéologique» ou «amour national», ca n’a pas de presence chez cette partie dominante, et maintenant les idées du Baas illustrent un “ratissage” utilisé dans les temps ou on peut pas s’en sortir.Il y aurait un enchevetrement financier entre le nouveaux hommes d’affaires et le capitaliste du Golfe, turque, européenne et orientale (mafia), et le russe. ca veut dire que la” nouvelle classe», qui a été fondée sur la base de l’Etat et le secteur public a fait adapter l’économie locale comme «caractère général» de la forme terminale du capitalisme mondial dominant.

Cela force l’interprétation du conflit avec l’Amérique et l’Europe, mais n’élimine pas que la classe dominante est une Mafia rentiere filetée avec le capital impérialiste (même si Golfe ou en russe ou turc). le conflit politique avec les États-Unis ne nie pas que la classe dominante a fait adapter l’économie en fonction de l’«universalité» de l’impérialisme actuel. A partir de ce résident ils on fait leurs «alliances» et leurs relations, ils s’accrochent à la «résistance», et ils creent la nomination de” réticence”. La controverse n’est pas une classe, et non pas économique, mais politique, où la stratégie américaine après Septembre 2001 ne permet pas la poursuite de ceux au pouvoir en cherchant à établir des systèmes de sectes.

Donc,la classe dominante a realise une configuration capitaliste qui s’adapte à l’impérialisme et l’ intégration économique, mais les exigences politiques avaient empêché la compréhension avec l’ impérialisme, et exerce la pression pour avoir le changement en Syrie, puis – après le succès d’Obama -d’arriver a une conciliation denouveau. Mais peut-être la complexité des nouvelles relations avec l’Iran, la Russie et la Turquie,provoque un retard dans la conciliation. Et ici on souligne que cette contradiction avec l’impérialisme est une contradiction secondaire dans la mesure où elle est fondée sur le plancher du caractère périphérique capitaliste. Et elle est entrée dans un cadre inter-impérialiste de la contradiction (américain / européen, russe et chinois). Ainsi que dans le cadre d’un conflit régional.

Dans cette situation le désaccord ne sera pas fondamental, mais un produit de dissociation partielle dans un alignement des intérêts. Dans la situation du développement de l’économie qui sera adapté à la nature générale de l’impérialisme,et qui a impose une explosion sociale.

pour cela on ne doit pas voir la revolution syrienne d’un point de vue politique concernant la politique actuelle, et il faut bien comprendre la nature du conflit avec l’imperialisme et ses frontieres pour ne pas prendre une situation anti-peuple considerant que le regime est en position de defense contre un complot provoque par l’imperialisme. En particulier dans l’analyse systématique, où la situation politique devient une analyse orientée plutôt que d’une analyse de la réalité, telle qu’elle est, est la base de toutes les positions sur une opinion primaire.

La gauche traditionnelle debute toujours par la politique, ce qui est au cœur de l’incompréhension de la réalité depuis logtemps.elle ne peut pas distinguer entre les intérêts de classe et le discours qui est produit par la classe dominante, ce qui subistitue les interets par la parole dirigee, où la parole fait souvent camoufler l’intérêt au lieu de la manifester. Et c’est la base de la mauvaise position de la revolte syrienne

Ce qu’on peut dire ici, c’est que la revolution est essentiellement un soulèvement des couches et des classes populaires qui deviennent incapables de continuer dans la situation actuelle et qui vise à renverser le régime afin d’atteindre leurs revendications sur leurs droits de vie, et dans les conditions politiques qui lui permettent de realiser ca. Mais elles ne sont pas exprimées par les partis politiques après qu’elles ont explose une “Intifada” spontanée. Et elles ont montre tout ce qui est en relation avec leur conscience traditionnelle et cela parait semblant dans les slogans scandes et ecrits..et c’est un resultat normal de telle niveau de conscience. Ici, nous voyons l’absence des forces et des partis marxistes complètement, malgré la participation de nombreux marxistes.

Cela pose la question sur la façon d’engendrer une nouvelle position marxsiste? Et comment les marxsistes doivent se reunir pour former une véritable force d’abord, et dans le but d’influer sur les slogans et le contexte de l’insurrection, ce qui en fait des objectifs clairs (en plus de la chute du régime), et développe son efficacité après qu’il soit devenu tres important le role de l’element conscient dans la victoire?

A propos de la situation internationale: la peur de “complot impérialiste”?

Du point de vue logique les elites marxistes ont donne la priorité à la «stratégique» au lieu de bien comrendre la situation actulle, une perspective qui peut être appelé avec Yassin Al-Hafiz “la perspective politique”. Où il est apparu que les “dispositions mndiales” ont juge un point de vue envers la situation en Syrie. Sa présence dans une position de conflit avec les pays impérialistes traditionnels, et qui a de bonnes relations ou d’alliance avec les forces qui s’opposent a cet impérialisme,ce qui a rapidement conduit à la conclusion que ce qui se passe en Syrie est le «complot impérialiste».

Il ne fait aucun doute que l’impérialisme américain travaille depuis peu de temps après l’occupation de l’Irak sur le changement de pouvoir en Syrie à partir de la perspective du projet qui vise à contrôler toute la région, ce qui est appele le projet du ” Grand Moyen-Orient” . Et donc, du point de vue politique, il était clair que la tendance impérialiste américaine pour dominer le monde a ciblé l’autorite syrienne, et vint l’assassinat de Rafic Hariri dans le contexte de la pression pour un changement de pouvoir. Ce sont des faits qui doivent être claires,et ce qui indique que l’état du régime syrien n’avait pas encore pu s’adapter à la mondialisation et l’impérialisme mais il a ete sous leur controle selon les principes qui ont évolué après l’effondrement de l’Union soviétique, et les systèmes basés sur la formation de “repartition des sectes et des communautes” comme cela s’est produit en Irak.

Si le gouvernement a facilité le contrôle des «nouveaux entrepreneurs» (pilleurs du secteur public avant), et le contrôle a permis la libéralisation en fonction de la situation économique imposé par les institutions de la mondialisation (Fonds monétaire international et l’Organisation mondiale du commerce et le partenariat européen), dans l’intérêt d’une famille minoritaire en particulier, en ignorant le cabriolet en 2008 objectif de «crise financière mondiale» (ce qui est la crise du capitalisme lui-même) gardera la même analyse en attente, et conduit à beaucoup de discussions à propos de l’impérialisme et de complot, et conduire “inévitablement” à considérer que tout ce qui se passe en Syrie est «complot impérialiste».

le point de vue politique n’a pas permis de comprendre la profondeur de la crise. Bien que certains ont exagere a propos de l’effondrement énorme aux Etats-Unis et la victoire de la reticence, mais maintenant tout sera oublie!. Ainsi ce qu’il faut comprendre, c’est la nature de la situation mondiale actuelle, et si ce que les politiques impérialistes restent comme ils l’étaient avant 2008 ou modifiées?

L’accent a été placé après 2007 ” sur la défaite de l’Amérique en Irak”, lorsque les États-Unis a décidé de signer un accord de sortie de celui-ci, et pour changer l’équilibre des forces régionales en faveur des forces de l’opposition après la défaite de l’Etat sioniste au Liban en Juillet 2006. Mais quand la revolution syrienne explose on revient a traiter la situation telle qu’elle était depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991. Et revenir ainsi à ne pas oublier le projet du “Nouveau Moyen-Orient””, et de traiter comme si l’Amérique est encore dans un etat de tout-puissant. Et que la situation mondiale est encore est sous son controle. Malgré le battage médiatique maintenant du rôle de la Russie et la considerer comme un allié comme au temps de l’Union soviétique, elle fait maintenant partie de l’imperialisme mondial.

C’est l’une des variables qui ont eu lieu après la crise de 2008. La crise a conduit à l’érosion de la situation économique de l’Amérique, et le risque d’effondrement après que la bulle hypothécaire éclatait le 15 septembre 2008. Et ce qui a abouti à la résolution de la crise de la dette qui s’est accumulée au profit des banques qui sont a ce moment la en danger d’effondrement et par la suite a conduit a une accumulation de la dette américaine de l’État, et leur accès à la scène de la crainte de l’effondrement de l’État.L’Europe a aussi souffert de la crise des banques ce qui a creer une zone des pays qui se defendent contre la dette inevitavble. Les États ont donc passé dans le cadre des plans d’austérité sévères qui touchent les peuples. Il parait que le monde passe par une etape sans une force dominante , comme cela s’est produit apres l’effondrement de l’Union soviétique, et il semblait qu’il se repartit en des camps qui aboutissent a une “multiplicite polaire”.

Malgré l’administration de Barack Obama continue son attaque dans les années de 2009 et 2010, il a semblé ne plus être en mesure de le faire après que la dette s’accumule. Également la crise a entrainer les Etat-Unis a toucher une “solution miracle” concernant ses problèmes, basée sur les guerres, n’était plus viable, parce que la crise elle-même n’est pas une crise conventionnelle dont la guerre était le meilleur moyen d’en sortir , et cette crise résulte de la domination de l’argent sur le capital qui est apparu dans le rôle crucial de la spéculation financière (en produits des marchés boursiers et du pétrole et de la nourriture, etc) et de la domination de l’emploi des derives des produits financiers. Une situation qui a rendu le capitalisme dans une situation coulissante.

et cela Reflète un changement dans la stratégie militaire des Etats-Unis, revenant sur la lutte arrogance deux grandes guerres et de nombreuses petites guerres en même temps (stratégie de Rumsfeld le ministere de defense sous Bush Jr.), et l’accent mis sur la guerre et une seule. Et alors se concentrer sur la région du Pacifique, et le contrôle des stocks du rôle du Moyen-Orient de l’aviation spécial, et la concentration des forces dans certains pays du Golfe. Et l’essentiel de réduire le nombre de troupes et de réduire le budget de la défense. Il ne fait aucun doute que la crainte d’une explosion “, une nouvelle bulle” contrôlait tous les politiciens et les stratèges en Amérique. La crise économique n’est plus résolu par la guerre, et l’économie américaine est devenue un fardeau pour le capitalisme en raison de la concentration de la substance active blocs financière dans la spéculation, où, et le déclin et mettre l’industrie en grande partie, et a adopté de plus en plus des importations, et d’imprimer d’énormes blocs de dollars de plus que c’est probablement dans le monde.

Bien que la Russie touchée par la crise financière, mais elle ne devient pas une victime comme c’est le cas aux États-Unis et en Europe.La Chine profité de la crise pour étendre son contrôle à l’Europe et d’autres régions.Voir quelques-uns des pays qui avaient déjà fait quelques progrès, comme l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud (et même la Turquie) sont entrain d’imposer leur force dans les relations internationales, et chacun d’eux devient un nouveau pôle.

En vertu de cettes actions, et les tentatives du positionnement global, les revolutions arabes s’exp;osent. Amérique reagit rapidement pour blinder et contenir quelques instants après les instants d’horreur vécus, et il était si facile en Tunisie et en Egypte, où les chefs militaires étaient en «liens étroits» avec l’administration américaine.Elle a Joué en Libye et au Yémen pour prolonger le conflit et les avantages du démantèlement des structures communautaires pour affaiblir les états et le contrôle de la piste. Mais quand il est venu à la Syrie elle affronte les plus difficiles transformations globales qui ont un impact. C’était la situation économique de l’Amérique la plus difficile, où elle n’a pas pu de sortir de la crise, après deux ans et demi de son eclat, et la Russie a commencé la politique agressive après avoir “joué par l’Occident» dans la question libyenne.

Cette situation a modifie toutes les strategies politiques et le projet du “Nouveau Moyen-Orinet” est rejette et impossible a se traduire.et s’il est impossible de faire un coup interne pour renverser le regime(apres une tentative ratee par Ghazi kenaan-Abdel Halim Khaddam),l’alternative sera une intervention militaire externe et cela rend la mission pire non seulement parceque l’Amerique se retire mais parceque toute intervention signifie une guerre regionale dont le regime sera soutenu par la Russie qui a considere la Syrie comme un pays de sa part dans la strategie du division du monde.

et ceci n’empeche pas les grands fonctionnaires des pays imperialistes d’affirmer leur opinion disant que l’intervention militaire n’est pas un projet possible.Et pour cela la situation des Etats-Unis envers le gouvernement syrien n’etait pas clair pendant plusieurs mois en plus elle a permis au gouvernement irakien de soutenir ce regime, bien que l’Irak est sous occupation

Ainsi, chaque point de vue ne s’arrête pas à chacune de ces variables ne voudra pas comprendre ce qui se passe, ni en Syrie, ni dans le monde arabe. la répétition ennuyeuse de l’impérialisme en tant que mot n’aboutit a aucune reussite dans aucun domaine. L’impérialisme est situé dans la structure de la société par la creation d’un modèle économique qui correspond à leurs intérêts, et c’est ca ce qui a été réalisé en Syrie, mais cette fois avec le soutien de l’impérialisme russe. Alors que nous devons nous débarrasser de tout impérialisme. D’autant plus que l’intervention impérialiste est le rôle joué par la Russie de soutenir l’autorité, et de justifier toutes leurs crimes.

Nous avons fini l’ère de l’exclusivité États-Unis, et le système capitaliste est devenu tres faible et souffre de l’absence de position dominante, et donc les capitalistes essayent de re-situer eux-mêmes pour en faire une force majeure dans le monde qui tend vers la multipolarité, bien qu’il semble maintenant être divisé en deux pôles: l’Amérique / Europe et la Russie / Chine. Avec la fin de l’exclusivité US se termine le projet du “Nouveau Moyen-Orient et il sera tres difficile pour les anciennes capitalistes d’influencer sur le chemin que suivra le monde arabe.

Dans cette situation est-ce qu’il ya une possibilité d’une intervention militaire, ou un soutien militaire à l’opposition?

C’est la façon dont la realisation du complot est possible, en s’ingérant dans les affaires syriennes.et ce sont Les arguments utilises pour considérer que ce qui se passe en Syrie est un «complot impérialiste»

L’ impérialiste prend sa position sur ce qui se passe,et c’est “normal”, et en essayant d’exercer la pression ou d’influence sur les evenement est aussi quelque chose de «normale». Cependant, si l’on considère que l’impérialisme doit se taire. Pourtant, les Etats-Unis appelé a manifeste une grande doute et une position non claire envers la chute du regime dans les premiers mois de la revolution. Il ne fait aucun doute que le monde développé dont j’ai parlé tout à l’origine de cette situation, il est incapable d’intervenir militairement (Peut-être que la position en 2005-2006 permet une intervention mais surement que pas maintenant), surtoutque l’intervention en Syrie pourrait mener à des conflits régionaux de plus qu’une intervention limitée, et c’est ce qu’il ne peut etre soutenu par l’Amérique ou l’OTAN. L’aide militaire si elles sera presente elle reste dans cadre tres fauble et marginalise parcequ’il a besoin d’une bas abscente et qui n’existe pas, que ce soit en Turquie ou en Jordanie ou en Irak et au Liban. Parce que tout le soutien lors de l’un d’eux pourrait conduire à la guerre, ce qui ne semble pas possible.

Est-ce qu’on peut compter sur les déclarations émises par les autorités de ces pays ou il faut bien toucher la realite et les perspectives?

Tous ceux qui debutent par la “théorie du complot” dépendent de certaines déclarations publiées par l’opposition ou des fuites mediatiques sans toucher et investiguer la realite. Il s’agit d’un problème chronique chez le «élites», mais répété d’une maniere caricaturiste dans la situation syrienne. La position est construite sur les fuites mediatiques et les spéculations et les intentions et non pas basee a une etude scinetifique du reel. Cette attitude semblait en dehors du contexte de la réalité, et en contradiction avec lui,elle parait vraimenr ridicule et équivalente à une farce.

La situation internationale n’indique pas toute possibilité d’une intervention militaire ou même d’armer l’opposition et les “élites” débutent par l’intervention militaire dans ce pays, et que le fait du renforcement arme est dans les hautes étapes. Et ils gardent le silence à propos de la puissance exercée par lle regime, et illustrer l’Intifada comme une production des bandes armées, basé sur l’image diffusée par l’autorite elle-meme.

Donc, la logique formelle constitue cette «crime», pratiquée par certaines élites, où l’impérialisme reste comme quelque chose de fixe, et la situation mondiale reste divisée comme elle l’était, alors que la Russie ne pense pas que cela peut être le socialisme abandonné et est devenu l’impérialisme.Et puis n’ai pas remarqué le changement de la situation mondiale depuis Septembre 2008, où elle a explosé la crise financière du capitalisme, qui était plus profond que cela pourrait définir le caractère financier, mais c’est la crise de l’impérialisme en tout et qui va etre pourrie sans doute. Dans ce contexte, on remarque des tentatives pour imposer un “système global” de nouveau.

Est ce qu’on peut arriver a une situation pire que celle-ci?

Peut-être que les revolutions arabes va tomber non seulement les regimes, mais ces élites aussi bien. Peut-être ces élites ont touche que ces soulevements sont des soulèvements sur la logique de ces elites,pour cela elles defendent la derniere bastion de leur vieille logique.La congestion a bien augmente dans la profondeur de la societe surtout chez les classes ecrases et qui affrontent d’une maniere quotidienne la famine et la mort,cette misere n’est pas vue par ces elites car il aurait dû être enlever les tas de “déchets mentale” qui étaient un obstacle à voir cette profondeur. Il était impossible, pour cela, cette vague montante de profondeur va supprimer tout ce qui précède, des classes dominantes, et des idées, et des vieilles elites.

Enfin: la peur des changements dans la région

L’«Impérialisme» est donc un etat d'”horreur”.Et Toute référence qui suggère une position contre elle sera correcte et révolutionnaire!

Il s’agit d’un produit ideal qui vivait une situation extreme du generalisme superficiel. Il s’est formé une image hypothétique de la réalité qui sera le produit de cet esprit idealiste. Et ici le «monde virtuel» devient une realite et la realite se coince dans les jungles de “l’histoire”. Et donc il y aura abscence de l’homme l’économie, le pillage, la corruption et l’exploitation. Ces redondants n’existent pas dans la logique de la resistance de l’imperialisme.les gens sont ignorants et des outils, ainsi que la présence de toute existence est pour “l’idée de l’impérialisme», qui se transforme en un epouvantail.

Après tout, c’est cet «esprit» idealiste, qui a réussi, à peine, de voir une équation du système / l’impérialisme, et sera donc contre l’impérialisme, il est donc avec le régime. Quel est l’état du système?Le Caractère de classe?La Configuration économique qu’il a fondée? Et la relation de cette configuartion avec le style du capitaliste universel ?Et ce ne sont pas des questions,et on est totalement pret pour répondre à ces questions en tenant compte qu’on est contre l’imperialisme. Ce qui est en Syrie, comme dans n’importe quel autre endroit dans le monde le fait d’être «anti-impérialiste». Pour cela, il ne sera pas nécessaire de se regarder le peuple, les classes, et la formation de l’autorité et de ses pratiques, et la sa nature sociale des classes.

D’autre part, l’imperialisme reste comme un lien etroit qui n’a pas besoin d’etre regarde constamment, et un mot qui est toujours le même quel que soit le positionnement mondial a nouveau, et la nature de l’équilibre des pouvoirs maintenant. Et la nature de conflits entre les capitalistes elles-meme. La question n’est pas une question de la position envers l’impérialisme, mais une question qui touche sa situation actuelle et ses capacites. Surtout ici, en Syrie, il apparaît que les elites sont vraiment aveugles.

Alors, quel est l’impact de l’insurrection syrienne sur la situation régionale?

Les adversaires de ce soulèvement debutent leurs excuses par ” la peur de l’avenir de la resistance c.a.dire le Hezbollah et le Hamas (qui a sauté rapidement de l’autre côté et Peut-être c’est une peur de la fin des pays qui sont en contradiction avec l’impérialisme. Où semble la Syrie le dernier pays arabe considere à l’extérieur “de l’escadron américain”. Bien que notre évaluation de cette résistance, et la presence des frontieres de difference entre la Syrie et l’imperialisme ,ces craintes paraissent justifiees. Au moins il doit y avoir des forces qui disaient “non” à l’impérialisme, quelle que soit la raison, ou même qui recoit une reponse de “non” de l’imperialisme. Il est important qu’il reste quelque chose de ce passé magnifique, qui a marque l’avancement des Arabes, et le tiers-monde contre l’impérialisme, et a élargi le mouvement nationaliste, et a apporté des changements importants,et a aboutit a un changement dans la situation locale et dans le conflit mondial ce qui ravivait l’espoir dans un nouveau monde,qui depasse des vestiges de l’impérialisme.

La Syrie est le vestige pale de ce passé .C’est peut-être ceci qui impose cet attachement des élites marxistes et nationalistes à soutenir le regime. Mais ici, elles vivaient dans le passé, même si elles s’accrochent aux beaux reves.

Mais les changements de la situation mondiale ne permettent plus de s’accrocher au passe,meme a partir d’une position qui touche le reve.La Syrie n’est plus maintenant le “reste” de ce reve qui n’a rien marque du progres, de la liberte et du socialisme!Pour cela elle faisait partie du camp imperialiste Russe et non pas Americain.La Syrie.l’Iran et (et la Turquie à un stade précoce) se croisent dans une situation de «subordination» à l’axe Russe/Chinois qui se forme a ce jour.Et ce nouvel axe est aussi un axe capitaliste-impérialiste . Et il veut ainsi contrôler l’économie et le pillage.

Nul doute que toute l’expédition hostile formée contre l’ancien imperialisme va justifier la nouvelle relation avec le nouveau impérialisme. Mais la relation avec l’impérialisme reste la meme en ce qui concerne la composition économique qui se constitue en interne,et qui sera nécessairement a la base de rente . Même dans la relation avec la Russie et la Chine, la préoccupation la plus importante est l’exportation de marchandises (y compris les armes de la Russie), et le recrutement financièr.

De ce point de vue, ce qui est censé de voir bien par tout marxiste c’est qu’ il n’y aura pas de changements dans le positionnement de la Syrie parce que le conflit mondial l’a placé dans le camp de la Russie, et il n’est pas possible de passer maintenant au camp des États-Unis (malgre la bonne relation construite des nouveaux hommes d’affaires et les elites du regime avec l’Amérique). Et par conséquent, il n’est pas possible de modifier ses alliances avec l’Iran et le Hezbollah. Même la relation avec la Turquie reviendra à ce qu’elle était dans la période antérieure au soulèvement populaire.

Et le conflit interne va aboutir à àune situation intérieure d’un changement particulier en Syrie sans aucune relation avec les alliances régionales et internationales de la Syriei.Le changement se fera “au sein de l’autorité», comme dans d’autres pays arabes qui atteignent le changement sans l’intervention impérialiste (comme la Libye).

Malgre que l’Autorité a protégé la frontière avec l’Etat sioniste et s’est eludee de la libération du Golan, ainsi elle a travaillé à ouvrir des négociations autour de lui,et il était dans le cadre de l’alliance avec l’Iran et le soutien au Hezbollah, c’est que lui fait aparraître dans une situation resistante contre l’Etat sioniste.

Mais il faut noter le grand changement qui s’est opéré dans la stratégie du Hezbollah lui-même, cette stratégiequi sera défensive après la libération du sud, et son participation au pouvoir au Liban. Il est maintenant dans une situation similaire aux autorités syriennes.

En outre, les soulèvements arabes, et le chemin qui sera imposé a la fin, finira par conduire à une situation arabe différente dans la relation avec le sioniste et la domination impérialiste, basé sur le conflit et pas la submission.Nous sommes dans le cadre de la phase de lutte inevitable contre la domination impérialiste en raison de la tendance imposee par les soulèvements et qui se dirigea detruire la structure économique qui établit le pillage continu et l’économie de rente.Dans ce cadre le conflit avec l’Etat sioniste fait partie du contexte des tâches de l’étape suivante.Les soulevements visent à un changement radical dans le monde arabe,et qui ne serait pas possible sans la pleine indépendance de l’impérialisme (anciens et nouveaux), dans le contexte d’un conflit avec eux.

Et la révolution en Syrie s’inscrit dans le contexte de la transformation profonde de la situation du monde arabe, et sera dans le contexte qui impose une collision avec l’impérialisme, même si la nature de l’opposition aujourd’hui, pouvait jouer un rôle maintenant, elle ne serait pas en mesure de mettre en scène ce role dans le près prochain. Parce que la plupart vivait encore l’image passee de la situation mondiale, et la situation du peuple syrien. En particulier, la situation des jeunes et son espacea depasse toutes les mesures structurales politiques ,et elle ne pouvait pas trouver une intersection avec les partis existants.

Le malentendu de la situation syrienne intérieure, et l’incompréhension de la situation internationale,maruqent des craintes des changements chez les elites et leurs pensees qui tendent a se raccrocher au passe au lieu de viser le futur.elles se raccrochent a la derniere paille parce qu’elles savent tres bien que l’inondation de l’action populaire touche le cadre des “elites” aussi bien que les regimes.. Il ne fait aucun doute que ces variables dépassent toute résistance fondée sur une base confessionnelle pour fonder une résistance populaire qui sera le resultat de ces variables.Le positionnement arabe sera pas non plus avec l’Amérique ou la Russie, mais avec les Arabes eux-mêmes dans le cadre de la promotion de la lutte mondiale pour depasser le capitalisme en tout .Cet avancement arabe fera une grande partie qui favorisera la lutte des classes contre le capitalisme mondial.Et les marxsistes qui ne comprennet pas cette equation authentique vont chuter lors de la chute du regime parcequ’ils ont perdu leur validite.Les changements qui se deroulent aujourd’hui visent a atteindre la cime revolutionnaire afin de renverser toute l’equation etablie par l’imperialiste deuis quarante ans et dans le cadre de construire une patrie independante, developpe et reunie.

Source: Bassil Othman

Advertisements

Tagged:

اترك رد

إملأ الحقول أدناه بالمعلومات المناسبة أو إضغط على إحدى الأيقونات لتسجيل الدخول:

WordPress.com Logo

أنت تعلق بإستخدام حساب WordPress.com. تسجيل خروج   / تغيير )

صورة تويتر

أنت تعلق بإستخدام حساب Twitter. تسجيل خروج   / تغيير )

Facebook photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Facebook. تسجيل خروج   / تغيير )

Google+ photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Google+. تسجيل خروج   / تغيير )

Connecting to %s